Histoire, traditions, mythologie, emblème et symbole du léopard en République Démocratique du Congo

“Ngo” est un nom kikongo qui signifie léopard et qui a donné naissance au nom du royaume KONGO qui est devenu en ces temps modernes CONGO.  Histoire, traditions, mythologie, emblème et symbole du léopard en République Démocratique du Congo

Central dans l’Histoire du pays comme dans la vie des congolais, le léopard représente pour beaucoup bien plus qu’un simple emblème et qu’un symbole national. Ciment de la nation, source de fierté commune, d’une force et d’une beauté à travers lesquelles l’ensemble des congolais souhaitent se reconnaître, le léopard jouit encore aujourd’hui d’un statut exceptionnel parmi les nombreux animaux qui peuplent le pays. Pour preuve, la République Démocratique du Congo est l’un des rares Etats d’Afrique subsaharienne où la chasse au léopard est officiellement interdite.

 

L’étymologie du mot Kongo

 

Le royaume Kongo, (royaume du léopard) est à l’origine du nom “Congo” attribué aux deux pays, le Congo-Kinshasa et son voisin d’en face,  le Congo-Brazzaville. Toutefois, l’étymologie de “Kongo” signifie “allié de léopard”, expression tirée de “Ko-ngo”. Et il en découle le mythe du chef léopard, le protecteur du royaume. En cas de graves dangers, les populations accouraient vers lui pour trouver refuge. “Tuele ku Ngo”, disaient-ils (traduisez “Nous allons chez le léopard”, en langue Kikongo). C’est donc la phrase raccourcie “ku Ngo” qui aurait donné naissance à Kongo.

Le symbolisme du léopard dans la tradition congolaise

23000324 2012399492312692 1043958548420963558 o

Le léopard (panthera pardus) ou panthère est un animal solitaire doté d’un corps d’athlète qui fait de lui un agile grimpeur, un excellent coureur, un bon nageur et un parfait sauteur. Ses crocs énormes lui procurent la faculté de tuer en quelques minutes des mammifères deux à trois fois plus lourds que lui. Ses puissantes mâchoires lui permettent de transporter et de hisser sa proie de taille moyenne en haut d’un arbre à l’abri des autres prédateurs. Le léopard peut dominer des yeux le panorama du haut d’un arbre. En plus, il est beau, élégant, majesté, fort et violent. Félin prudent à la démarche royale, il possède pour la quasi-totalité des tribus bantoues les qualités requises à un chef détenteur du pouvoir traditionnel.

Les Bakongo l’appellent “ngo” et symbolise pour eux la force et la puissance. Considéré depuis  la nuit des temps comme un animal rusé, sa belle peau qui fait toujours rêver  est sacrée dans la tradition bantoue. La toque de léopard coiffe la tête des chefs coutumiers en guise de couronne.

La symbolique du léopard est donc solidement ancrée dans le subconscient des bantous. Si au Kasaï, les grands chefs sont appelés “mukalenga wa nkashama” qui veut dire “mère-léopard” ou “du ventre de léopard” ; chez les Otetela par contre, le chef reçoit le jour de son investiture plusieurs insignes en rapport étroit avec l’animal sacré soit deux peaux de léopard, un bonnet en peau de léopard, un collier fait de dent de léopard et une lance, le tout  pour légitimer son autorité. La coiffe à peau de la panthera pardus a toujours été dans la société bantoue l’un des symboles matériels les plus importants et les plus solennels du pouvoir traditionnel légué par les ancêtres défunts.

 

L’usage de la peau et la toque de léopard

 

18216475 1930233103862665 5887109069592330185 o 2

 

C’est en référence à cet attribut et à ce statut que de nombreux chefs de village, hommes politiques ou chefs d’État (le maréchal Mobutu, Patrice Lumumba, le président kasa-vubu…) arboreront la toque de léopard pour entériner leur pouvoir, qui est l’équivalent d’une couronne royale dans la culture occidentale. Pendant longtemps, à travers une propagande très bien orchestrée, Mobutu a laissé les zaïrois de l’époque croire qu’enfant, il avait croisé un léopard, et qu’il avait su surmonter sa peur pour finalement parvenir à le tuer à mains nues. Une légende censée légitimer un peu plus son règne, si l’on en croit le proverbe disant que « celui qui tue un léopard de ses mains mérite de régner ». Avec la chute et la disparition de Mobutu, la toque de léopard a repris son sens originel, celui d’être un ornement ancestral symbolisant la royauté et le pouvoir des chefs traditionnels. Outre le port de cette coiffe, on retrouve la symbolique  du léopard dans les célèbres danses traditionnelles bantoues. Les guerriers ayant vaincu le fauve se parent de sa peau comme d’un trophée ce qui permet aussi de perpétuer les récits ancestraux.

Lorsque les simbas occupèrent l’Est du Congo, la toque en peau de léopard devint le couvre-chef par excellence des dirigeants rebelles qui parfois l’ornaient avec des plumes d’oiseaux rares. Même leur sorcière, la très tristement célèbre mama Onema, dépositaire d’un pouvoir mystique, l’arborait. Lorsqu’il s’empare du pouvoir, Mobutu, ancien lumumbiste commence à porter la toque à partir de 1966, ayant compris ce qu’elle représente dans toutes les coutumes et traditions congolaises. Au début, ce bonnet ne coiffait sa tête que lorsqu’il était en boubou ou habillé de ce qu’on appelait à l’époque “tanzanie”, une sorte d’abacos à manche courte que le Président-Fondateur ramena de chez son vieil ami le mwalimu Nyerere. Se comportant comme un monarque coutumier, ce symbole au parfum traditionnel n’était pas seulement son totem mais le signe visible de son omnipotence et de son pouvoir.

Par contre, ce bonnet était pour les dignitaires du parti-État le sceau de leur appartenance à l’aristocratie mobutiste. Lors de ses déplacements à l’étranger, la toque à peau de léopard incarnait la substitution de la tutelle coloniale par un pouvoir royal congolais. Plusieurs personnalités étrangères l’avaient portée pour marquer leur amitié avec le Maréchal. Mais profondément fasciné par le personnage de Mobutu, l’ancien président tchadien François N’Garta Tombalbaye fit de ce couvre-chef une particularité de sa politique de recours à l’authenticité qui à bien des égards fut un copier-coller importée du Zaïre. Avec la chute et la disparition du Guide, la toque de léopard a repris son sens originel, celui d’être un ornement ancestral symbolisant la royauté et le pouvoir des chefs traditionnels.

 

Emblème de la république démocratique du Congo

12 a

 

L’emblème de la république démocratique du Congo a été adopté le 18 février 2006 par le président Joseph Kabila lors de la promulgation de la constitution de la Troisième République. Cet emblème est composé d’une tête de léopard au centre, entourée d’une défense d’éléphant à dextre et d’une lance reposant sur un rocher à senestre. Reposant aussi sur le rocher et s’élevant à dextre et à senestre, un listel de gueules porte en lettres d’or la devise de l’État : « JUSTICE, PAIX, TRAVAIL ».

 

Sports RDC: léopard, nom des équipes nationale de la RD Congo

 

20953963 1982777808608194 2920033548187713568 n 1

 

VOUS POUVEZ AUSSI LIRE :

Liste des Ambassades et consulats à Kinshasa, RD Congo

Pour ce qui est de l’équipe nationale de football de la République démocratique du Congo, même lorsqu’elle change de nom, c’est pour reprendre celui d’un autre animal. Appelée successivement, Lions, Simba et les Léopards (pendant le règne du feu Maréchal Mobutu), l’équipe congolaise sera rebaptisée Les Simba sous le règne de Laurent-Désiré Kabila avant de redevenir Léopards en 2006. Le Professeur Hilaire Mbiye précise que «le léopard est l’animal totem du pays qui est repris dans les armoiries de la République (art. 1 de la Constitution actuelle) composées d’une tête de léopard encadrée d’une pointe d’ivoire et d’une lance reposant sur une pierre.»

 

11817245 1681689068717071 2065586851259605510 n 3

D’après Dieudonné Kabeya, journaliste sportif congolais:

«Le nom des Léopards était donné par le président de l’époque qui s’identifiait à cet animal. Pour le président Mobutu, les léopards étaient son totem et représentaient la force et la puissance. Comme à l’époque l’équipe nationale se portait aussi bien, il allait de soi que le symbole de la force portait ses fruits. A un moment donné, même les maillots des joueurs étaient frappés de la tête d’un léopard.»
Visiblement pour intimider les équipes adverses.

 

11825595 1681687688717209 8872888771946021702 n 2

Le président Mobutu sese seko et les Léopards du Zaïre (1974)

11838564 1681688715383773 981965388913782420 o

 

20861832 1982777918608183 4628802260008506688 o 2

 

 

12745550 1738799436339367 1041727012285325652 n 1

 

23004855 2012399785645996 8044407505741789419 o

 

22829673 2012399848979323 1543005263083660438 o

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.